Mode d'hier et d'aujourd'hui

Mode d'hier et d'aujourd'hui

Couture et recherche historique : réflexions sur le fait-main

Derniers articles

[Défi Stock] Deux combinaisons pour bébé

[Défi Stock] Deux combinaisons pour bébé

Bonjour à toutes et tous ! Je vous avais promis cet article la semaine dernière, mais je suis tombée en panne de boutons pressions pour pouvoir terminer ces deux petites combinaisons et ensuite j’ai fait une grosse boulette… Après avoir lutté et réussi à enlever […]

La garde-robe idéale

La garde-robe idéale

Bonjour à toutes et tous ! Les nouvelles habitudes de publications régulières n’ont pas duré bien longtemps, n’est-ce pas ? 😉 La vérité c’est que j’ai vraiment eu zéro motivation pour bloguer ces dernières semaines alors que j’ai un petit peu cousu. Depuis mon manteau […]

Manteau Gérard vitaminé

Manteau Gérard vitaminé

Bonjour à toutes et tous ! Me revoilà comme prévu avec des photos de mon nouveau manteau Gérard terminé. Juste à temps pour pouvoir m’accompagner lors des journées ensoleillées mais froides que nous avons ce weekend à Toulouse !

manteau Gérard République du Chiffon

Un point sur le patron

Le manteau Gérard est un classique de la marque indépendante République du Chiffon. J’en ai vu des dizaines et des dizaines de versions sur la toile, toutes plus chouettes les unes que les autres. J’avais hésité d’abord avec le patron Uma de Wear Lemonade, mais je me méfie un peu des patrons Wear Lemonade et au moment de faire mon choix j’avais vu trop peu de réalisations de ce patron, j’ai donc préféré m’orienter vers une valeur sûre. Par ailleurs j’avais déjà cousu un patron de République du Chiffon (ma salopette Danielle) et j’en avais été extrêmement satisfaite (c’est le vêtement cousu que j’ai le plus porté cette année).

La mode cet hiver était aux manteaux oversize et à la coupe masculine : col tailleur et poches paysannes. C’était ce que je voulais, en plus d’une doublure intégrale. Gérard cochait toutes les cases.

manteau gérard rouille

J’ai découpé toutes les pièces pendant les vacances de Noël et j’ai ensuite dû le mettre de côté pour cause de déménagement. Ça remonte un peu mais je me rappelle avoir constaté une erreur dans le livret au moment du traçage. Si ma mémoire est bonne il était indiqué de couper 2 poches dans le tissu et 2 poches dans la doublure alors que c’est bien 4 poches dans la doublure qu’il fallait découper.

Je me suis mise à la couture il y a deux semaines et j’ai avancé tranquillement en prenant mon temps parce qu’il y a 3 points difficiles pour lesquels je voulais m’appliquer :

  • les poches paysannes
  • le montage du col tailleur
  • la pose de la doublure (et le glaçage des enformes)

manteau Gérard col tailleur

Très honnêtement je trouve le livret un peu limite en termes d’explications. Cela s’adresse clairement à des couturières et couturiers chevronnés. Je suis assez expérimentée, mais tout de même pas assez pour la couture d’un manteau tailleur et j’ai eu un peu de mal à comprendre ce qu’il fallait faire parfois. Néanmoins, en prenant mon temps et en m’aidant en partie des tutoriels publiés sur le blog de la marque je m’en suis sortie sans presque aucune erreur (je me suis trompée dans le montage de la doublure au niveau des manches, mais rien de catastrophique).

manteau Gérard poches paysannes

Ce manteau Gérard m’aura clairement appris plein de choses en termes de techniques tailleur et même s’il y a encore quelques parties que je ne maîtrise pas parfaitement, je pense que le résultat est propre et je suis très fière de moi.

Outre des explications parfois un peu trop réduites, le patron est parfait. Tout tombe très bien, c’est intelligemment construit, c’est vraiment un petit bijou et je comprends son succès. En ce qui me concerne j’ai réalisé une taille M pour une stature de moins d’1,60 mètre et je suis ravie.

manteau Gérard par Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Les tissus de mon Gérard

Le lainage rouille est une laine bouillie achetée très chère (env. 32 €/m) chez Little Fabrics. J’ai longuement hésité à la prendre en raison de son prix, mais ce manteau est censé me durer au moins 5 ans, donc je me suis dit que c’était un investissement acceptable. Je ne regrette pas mon choix et je trouve ce lainage très beau et chaud. J’attends de voir comment il se comporte dans le temps et notamment s’il bouloche beaucoup. En tout cas il a été extrêmement agréable à coudre. Il n’y a pas à dire on le sent quand on manipule de la qualité…

La doublure est un crêpe de polyester acheté chez Pretty Mercerie. J’ai opté pour une fibre synthétique parce que j’ai lu quelque part (chez Lise Tailor je crois) que pour les manteaux d’hiver mieux valait utiliser du synthétique en doublure plutôt que du coton pour éviter que cela fasse de l’électricité statique qui remonte les jupes. Je ne sais pas vraiment ce qu’il en est, mais je me suis dit que puisque cette doublure ne serait jamais lavée cet achat était acceptable (sur le sujet du lavage du polyester je vous renvoie à l’article d’Amandine). J’étais contente, par ailleurs, de pouvoir mettre une doublure à motifs dans ce manteau qui aurait été beaucoup plus triste sinon.

doublure ethnique pour manteau Gérard

J’ai beaucoup tergiversé pour associer cette doublure à ce lainage, mais je trouve l’association géniale et j’en suis ravie. Elpida cousu main a utilisé le même tissu en doublure pour l’un de ses manteaux et elle prévenait dans son article que le tissu était très glissant. Effectivement, ça n’a pas été particulièrement agréable à coudre, mais en mettant beaucoup d’épingles et en étant minutieuse, c’était très surmontable.

doublure manches manteau Gérard

Un dernier point sur le thermocollant utilisé (de la Vliesline H250) qui est je pense trop fin ce qui fait que le col est peut-être un peu trop mou. Du coup il ne se positionne pas parfaitement bien tout seul comme vous pouvez le juger sur les photos, mais ce n’est pas catastrophique non plus et comme je n’aime pas les vêtements trop rigides c’est finalement peut-être un mal pour un bien. Je n’aime vraiment pas utiliser du thermocollant et j’aimerais apprendre les techniques qui pourraient me permettre de m’en passer.

boutonnières et doublure manteau Gérard

Les boutons sont des boutons anciens issus de ma collection de famille et j’ai brodé les boutonnières à la main de peur que ma machine lutte un peu sur la double épaisseur de lainage. Honnêtement ce n’est ni très réussi, ni très régulier, mais c’est plutôt invisible donc encore une fois rien de dramatique.

dos du manteau Gérard

Satisfaite du résultat ?

Je suis vraiment ravie du résultat. Je trouve le manteau parfaitement à ma taille et je suis très contente de l’association des tissus. Le patron est vraiment de très bonne qualité et je ne regrette pas de m’être tournée à nouveau vers République du Chiffon. Cela m’encourage à coudre d’autre vêtements de cette marque par la suite.

Si vous êtes un peu expérimenté-e, vous pouvez vous tourner vers ce patron les yeux fermés. Il n’y a pas énormément de pièces donc une fois qu’on a compris le montage des éléments techniques c’est vraiment facile et très gratifiant. Je le disais plus haut, je ne me couds pas un manteau tous les ans, il est donc possible que ce modèle soit un peu démodé la prochaine fois que je voudrais m’en faire un, mais si ce n’est pas le cas, je le recoudrai avec plaisir.

En attendant je vais me mettre à coudre un peu d’utilitaire (un rideau pour mon placard et une robe de chambre parce qu’il fait un froid polaire à Toulouse en ce moment) avant de me lancer dans ma veste tailleur Saler de Pauline Alice et quelques vêtements pour bébé. Bonne fin de dimanche !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail