Derniers articles

Historical Sew Monthly 2018

Historical Sew Monthly 2018

Bonjour à toutes et tous ! Qui dit nouvelle année dit bonnes résolutions pour publier plus régulièrement ici. Je ne m’engage pas, mais tant que j’ai des choses à partager, je vais essayer de vous faire un article par semaine. Pendant que j’étais en vacances […]

Défi Stock !

Défi Stock !

Bonjour à toutes et tous, je vous souhaite une excellente année 2018, riche en créativité et en satisfactions ! 🙂 Je vous ai déjà parlé de mes envies pour cette nouvelle année dans mon article de bilan, je reviens donc aujourd’hui pour vous parler d’un […]

2017 : L’heure du bilan

2017 : L’heure du bilan

Bonjour à toutes et à tous ! Me revoici comme prévu pour l’habituel bilan de fin d’année, parce qu’il y a des choses qui ne changent pas, comme par exemple le fait que j’aime les bilans. 😉

Cette année, vous l’avez sans doute remarqué, le blog a pris une tournure un peu différente. J’ai franchement délaissé le costume historique au profit des vêtements. C’est une tendance qui risque de se retrouver l’année prochaine, mais peut-être dans une moindre mesure. En effet, je suis en ce moment même en train de chercher un appartement à Toulouse dans lequel me poser un petit bout de temps. Cette année de transit ne m’a pas beaucoup incitée à me lancer dans des projets de longue haleine comme peuvent l’être les costumes historiques. Peut-être que plus de stabilité dans ma vie en 2018 (on croise les doigts) me permettra de m’y remettre.

2017 une année couture ?

Ce que j’aime dans les bilans c’est relire le bilan de l’année passée avec tous les projets que j’avais à l’époque et me rendre compte que je n’ai absolument rien fait. ^^

Ainsi en dehors de la robe d’Elsa (que j’ai effectivement terminée et envoyée à sa propriétaire) et de la pose des pressions sur ma toute première robe Lena Wear Lemonade, je n’ai terminé aucun des costumes en cours. Ainsi mon tablier d’ouvrage 1880 n’est toujours pas décoré (mais j’ai fait une petite recherche iconographique pour trouver des idées), la ceinture de ma sous-jupe verte 1880 n’a pas été améliorée et ma robe populaire 1850 est toujours au point mort. Cela dit je crois me rappeler que j’avais découpé le pré-patronage du corsage. Je ne sais plus où je l’ai mis, mais je vais bien finir par le retrouver. Bref, vous avouerez donc que c’est un peu décevant, mais en réalité j’ai pas mal cousu cette année malgré tout.

Parce qu’en janvier je décidais de rejoindre le challenge « Je couds ma garde-robe capsule 2017 » organisé par Clotilde et j’ai finalement plutôt respecté mes engagements :

La chemise moineau de Aime comme Marie en satin de coton bio (Amandine Cha) a été cousue, mais je la trouve peu confortable. Les bras me serrent vraiment trop. Je dois essayer de gagner sur les marges de couture, en espérant que cela suffira.

chemise moineau terminée

J’ai réalisé ma salopette Danielle de République du Chiffon. Elle est trop grande pour moi mais c’est incontestablement ma plus grande réussite de 2017. Je l’ai pratiquement portée tout l’été. Elle est d’un confort absolue, je l’adore et le jean bio d’Amandine Cha est d’une super qualité. Il a été lavé je ne sais combien de fois et ne bouge pas. Il est clair que je vais me recoudre cette salopette en réduisant la taille et en faisant quelques ajustements au patron. Celle-là en tout cas restera mon modèle favori pour traîner chez moi.

Salopette Danielle République du chiffon par Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Toujours pour le challenge « Je couds ma garde-robe capsule 2017 » j’ai refait une Lena en chambray de coton bio façon chemise en jean des 90s. Je suis hyper satisfaite de cette robe dont je trouve les finitions vraiment réussies. J’aime son look et le tissu est d’excellente qualité (Amandine Cha encore une fois). Je l’ai moins portée que la salopette parce que je porte moins de robe mais j’en suis vraiment contente.

Shooting robe Lena Wear Lemonade par Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Je me suis ensuite cousu un pantalon d’été en coton (tissu que j’avais acheté il y a longtemps au vide-grenier des costumés) en utilisant le patron de la combinaison Mermoz de Aime comme Marie. Je n’ai pas été emballée par cette coupe et je pense que je n’achèterai plus de patrons Aime comme Marie mais le pantalon a été pas mal porté. C’était un must-have de ma garde-robe estivale et je pense qu’une longue vie l’attend avec moi.

pantalon dété

J’ai également réalisé un petit upcycling d’une chemisette de mon père en coton d’Égypte. J’en ai fait une moineau sans manches que j’adore. Le tissu est d’un confort absolu et comme la chemisette n’a pas de manches, elle n’a pas le défaut de ma moineau d’hiver. J’adore laisser dépasser le petit col Claudine de sous un sweat, c’était une excellente idée d’upcycling.

customisation chemisette d'homme en moineau

Pour l’été j’ai aussi tenté un pattern hack et ça a donné une robe longue au plastron brodé main en lin lavé Little Fabrics d’après les patrons de Danielle (République du chiffon) et de Paloma (Wear Lemonade). Honnêtement cette robe n’est pas ma plus grande réussite, à la fois par manque de tissu, mais aussi par défaut de patronage. Néanmoins je pense que l’objectif d’avoir une robe longue pour traîner quand il fait chaud est plutôt rempli. Elle a été portée cet été, on verra si je la ressors souvent l’été prochain.

robe longue salopette par mode d'hier et d'aujourd'hui pattern hack

Enfin pour rattraper un peu le challenge de la garde-robe capsule en septembre j’ai réalisé une blouse Hoya de Deer and Doe dans un tissu pas vraiment adapté (reste d’un coupon Les coupons de Saint Pierre utilisé pour ma combi-short Paloma). Honnêtement je ne l’ai pas portée mais elle n’était déjà plus vraiment de saison, donc elle connaîtra peut-être un retour en grâce l’été prochain.

blouse Hoya Deer and Doe par Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Pour finir, ma dernière réalisation, et non des moindres, a été ma robe Arum noire brodée main pour le concours de Thread&Needles. Je n’ai pas gagné mais je suis quand même super contente de cette robe que je vais exhiber fièrement à Noël. Je suis assez mitigée sur les concours. Pour celui-ci le thème ne m’inspirait pas du tout et si Saki ne m’avait pas incitée à participer je ne l’aurais pas fait. Mais finalement je suis vraiment contente de ce que j’ai cousu et brodé. Ça été l’occasion d’utiliser des chutes dans mon stock et de broder un vêtement, ce que je ne fais finalement que pour la deuxième fois). Le bilan est donc plutôt positif, mais je ne sais pas si je participerai au prochain. ^^

manches brodées robe Arum Deer and Doe

Voilà donc pour les réalisations de l’année. Comme vous le voyez c’est finalement assez honorable et j’ai retrouvé un vrai goût de la couture qui n’a pas faibli tout au long de l’année (ce qui est assez rare parce que j’avais souvent de longues périodes de creux auparavant). J’ai envie de me faire de plus en plus de vêtements, c’est indéniable. Je me sens maintenant suffisamment sûre de moi pour m’essayer à des pièces difficiles (même si j’ai peur, on ne va pas se le cacher). Néanmoins je ne serai plus jamais une couturière compulsive, ça c’est certain.

Et les projets 2018 ?

Tout en sachant que la liste de projets que je vous donne là sera très probablement bouleversée dans un mois, je ne peux pas m’empêcher de vous partager mes envies du moment à défaut d’un programme strict.

En premier lieu l’année va commencer avec la couture d’un manteau d’hiver. C’est le cadeau que je me suis fait pour Noël : un manteau Gérard de République du Chiffon dans une laine bouillie Little Fabrics. Ce cadeau de moi à moi-même est vraiment luxueux parce que la laine était très chère, mais je ne me fais pas un manteau d’hiver tous les ans. J’espère donc que la qualité sera au rendez-vous et que je ne ferai pas n’importe quoi au moment de la confection. Je vous en parlerai plus en détails dans un article dédié, mais j’envisage de le coudre pendant les vacances de Noël puisque j’ai tout fait livrer chez mes parents.

projet manteau Gérard RdC rouille - Mode d'Hier et d'Aujourd'hui

Ensuite il y aura la veste Saler de Pauline Alice dont j’ai déjà parlé. Le tissu (Amandine Cha) est lavé et les pièces du patron sont découpées. Il n’y a plus qu’à ! Ça va me faire enchaîner deux pièces compliquées entre le manteau et la veste, mais ce sont deux pièces dont ma garde-robe a vraiment besoin puisque je n’en ai pas d’équivalent.

Dans le désordre après j’ai envie de m’essayer à la couture d’un jean slim (le Safran de Deer and Doe) et j’ai bien envie de me faire plusieurs versions de la chemise Mélilot (Deer and Doe toujours). J’avais également envie de me coudre un pyjama Pierrot de Wear Lemonade ainsi qu’une robe de chambre et des sous-vêtements, mais ce ne sera peut-être pas pour cette année.

Un des gros projets de 2018 sera d’apprendre à coudre le stretch. J’ai envie de me faire mes propres sweats et t-shirts et j’ai aussi envie de me faire mes propres vêtements de danse (classique et contemporaine). J’ai demandé pour Noël le livre de Marie Poisson, j’ai hâte de pouvoir m’y mettre (pour commencer sans surjeteuse) et je vous partagerai évidemment mes débuts.

En 2018 j’ai aussi envie de lancer un défi stock pour mettre en valeur des projets réalisés à partir de récupération. J’ai déjà commencé à réfléchir aux modalités de ce défi, je vous en parlerai plus en détail en janvier. En tout cas de ce défi stock devraient sortir une veste à carreaux et un sweat upcyclé.

Enfin, et non des moindres, en 2018 je vais me mettre au tricot. Soutenue par Saki j’ai déjà commencé à pas mal me renseigner (merci d’ailleurs à l’excellent blog de Lise Tailor et à ses vidéos) et j’envisage de m’y mettre dès le début de l’année avec un projet d’écharpe (parce que qui dit nouveau manteau dit nouvelle écharpe) et un projet de pull pour bébé. L’objectif à terme est évidemment de faire mes propres pulls, mais on va commencer petit et j’ai quelques cadeaux de naissance à prévoir.

Voilà donc pour ce très long article de bilan. Si vous m’avez lue jusque là, je vous souhaite à toutes et tous d’excellentes fêtes de fin d’année et je vous dis à l’année prochaine. 😉

 

Crédit image de couverture : Annie Spratt

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail