Derniers articles

Retouches sur corset XVIIIe

Retouches sur corset XVIIIe

Bonjour à toutes et tous ! Je vous propose aujourd’hui un peu de costume historique pour penser à autre chose qu’au gel hydroalcoolique et à la pénurie de PQ. 😉 Suite au dernier essayage de ma polonaise, j’avais remarqué avec déplaisir que mon corset dépassait…

[LIVRES] Dressed, méthode pour une garde-robe capsule

[LIVRES] Dressed, méthode pour une garde-robe capsule

Il y avait longtemps que je ne vous avais pas parlé de ma bibliothèque couture ! Le livre Dressed de la marque Deer and Doe a beaucoup fait parler de lui à sa sortie à la fin de l’année dernière dans la blogosphère. J’ai vu…

Journal tricot : mon premier pull terminé

Journal tricot : mon premier pull terminé

Bonjour à toutes et tous ! Il ne s’est pas fallu longtemps depuis la dernière fois pour que je termine mon tout premier pull (le pull Parisienne), que j’ai cependant un peu tardé à prendre en photos.

Tricoter l’empiècement

Je vous avais laissé au moment où je devais attaquer l’assemblage des manches au corps et monter l’empiècement épaules. Je craignais un peu cette étape comme étant la plus difficile, mais elle s’est finalement assez bien passée. Le plus compliqué a été pour moi le rabattage élastique du col qui ne semble pas du tout intuitif. À ce moment-là j’étais chez une amie tricoteuse qui du coup m’a montré comment faire et tadaa ! mon pull était fini.

Enfin, fini… rentrer les fils a été extrêmement long et m’a valu de bonnes douleurs aux cervicales (il faut définitivement que je fasse plus attention à mes postures). J’ai dû mettre 3 bonnes heures pour faire le grafting (aka les coutures) sous les bras et rentrer tous les fils. Cette étape a été un peu aléatoire dans la mesure où je n’avais pas avec moi le livre de Lise Tailor pour bien vérifier les techniques. Du coup je me suis contentée des schémas un poil trop simples du patron et j’ai un peu fait à ma sauce. Le résultat final me convient. Ce n’est pas parfait mais… who cares?

pull Parisienne terminé

Pull Parisienne : pour débutant·e ?

Il y a évidemment pas mal d’erreurs sur ce pull. Quelques trous à cause de jetés mal négociés, des rayures qui ne sont pas parfaitement alignées… mais dans l’ensemble ce sont vraiment des détails pour moi. Je n’avais pas d’ambition de perfection, juste l’envie de réussir à me tricoter un pull donc je suis TRÈS satisfaite.

Dos du pull Parisienne d'Alice Hammer

Je trouve les instructions du pull Parisienne d’Alice Hammer assez claires et j’ai aimé les voir s’éclaircir pour moi au fur et à mesure que j’avançais dans mon tricot. En tout cas je trouve ce patron tout à fait adapté à un·e débutant·e en tricot… la preuve !

La difficulté maintenant va être de m’essayer à d’autres créatrices de modèles et d’autres modes de rédaction (notamment avec des abréviations) et j’avoue que ça me fait un peu peur. Ensuite il faudra sauter le pas des patrons en anglais, on verra quand j’oserai. J’avoue que je suis quand même bien tentée de rester avec Alice Hammer pour le moment d’autant que beaucoup de ses modèles me plaisent. Je n’ai pas encore décidé de ce à quoi je m’attaquerai ensuite. Peut-être un bonnet à torsades pour découvrir cette technique, peut-être des chaussettes, peut-être un nouveau pull ou encore un gilet. Les possibilités sont nombreuses et variées ! 😉

pull Parisienne de Alice Hammer

Un mot sur la laine

J’ai tricoté une taille M et je tricote un peu serré (1 cm de moins en largeur et en longueur sur l’échantillon). Dans la mesure où j’avais déjà constaté avec mon bonnet que cette laine (Merino Extrafine de Drops) se détendait énormément, je n’ai fait aucun changement par rapport à la taille et je ne regrette pas du tout ce choix. Juste tombé des aiguilles le pull était un poil trop serré et les manches un peu courtes, là il est parfait. Je n’ai même pas eu besoin de le maintenir en place avec des épingles pendant le blocage tant il paraissait gigantesque une fois lavé.

Tenue fait main avec le pull Parisienne

En revanche je ne suis pas très sûre de la longévité de cette laine. Je trouve que les manches commencent déjà à pelucher un peu après seulement quelques jours de port, il faudra vraiment que j’investisse dans un rasoir à bouloches. D’ailleurs, si vous êtes tricoteu·r·se (ou habitué·e à raser vos pulls) est-ce qu’un rasoir à bouloches est indispensable ou peut-on se contenter d’une simple tondeuse ? Vos avis m’intéressent. 🙂

contente de mon pull Parisienne

En attendant je vais me replonger dans mon costume XVIIIe et je reviens vite avec un nouvel article pour vous présenter le dernier livre couture qui a rejoint ma bibliothèque !

dos du pull parisienne et quelques défauts
Où l’on remarque le joli trou au niveau des diminutions de l’épaule gauche…
Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwitterpinterestmail