Êtes-vous prêt·e·s à raccommoder vos chaussettes ?

Êtes-vous prêt·e·s à raccommoder vos chaussettes ?

Bonjour à toutes et tous ! Je n’ai pas grand chose à vous montrer en ce moment, car j’oscille entre projets de longue haleine (type broderie et tricot) et procrastination couture. Un léger manque de motivation saisonnière fait que je vais repasser au rythme d’un article par semaine, et non pas deux, au mois de décembre.

Aujourd’hui, je reviens donc pour vous parler raccommodage. En effet, ma garde-robe étant pratiquement complète, je suis bien obligée maintenant de me pencher sur des projets moins sexy comme le raccommodage de chaussettes.

Je ne sais pas vous, mais chez moi les chaussettes sont vraiment le parent pauvre. Elles sont vieilles, moches, trouées de partout et du coup assez peu confortables. Idéalement, il faudrait que je m’en tricote 2 ou 3 paires supplémentaires, mais comme sur l’échelle de la flemme j’ai plus la flemme de tricoter des nouvelles que de raccommoder les existantes, j’ai fait mon choix. (Oui mes choix sont dictés par l’échelle de la flemme, pas vous ?)

Il faut dire que j’ai récemment lu un vieil article sur le raccommodage, qui m’a ensuite fait tomber dans le puits du hashtag #visiblemending sur Instagram. Le « visible mending » c’est cet art de rendre visible les réparations sur les vêtements : de les exhiber fièrement plutôt que de les rendre les plus discrètes possibles. Certain·e·s sont particulièrement créatif·ve·s ! Bref, il n’en fallait pas plus pour me donner envie de m’y essayer.

Du coup le weekend dernier, après avoir enfilé une paire de chaussettes pleine de trous, j’ai décidé de me mettre en branle et de la raccommoder. L’activité que je croyais ne devoir durer qu’une demi-heure m’a en fait occupée deux jours donc j’ai finalement mis une autre paire de chaussettes pour travailler. 😉

pointes de chaussettes trouées et raccommodées
À gauche mon premier essai, à droite, le deuxième.

J’ai commencé par tâtonner un peu avant d’être efficace, mais j’ai fini par trouver un bon rythme de croisière en créant simplement une nouvelle trame à tisser aux endroits troués et abîmés. Je n’ai pas pensé à prendre des photos de l’état des chaussettes avant raccommodage, mais ce n’était pas beau à voir.

Sur le premier pied, j’ai utilisé deux brins de coton mouliné pour la reprise, puis, les chaussettes étant en coton fin, je suis passée à un seul brin sur le deuxième pied. Le raccommodage a donc été un peu plus long sur le deuxième pied, mais guère.

dos des chaussettes raccommodées
Le pied droit raccommodé avec deux brins de coton mouliné (et en plein tâtonnement de la technique), le pied gauche avec un seul brin et une technique mieux maîtrisée. J’ai choisi volontairement deux couleurs différentes (en mélangeant chaîne et trame) pour tenter des effets.

Je suis assez contente de moi car c’est très propre à l’intérieur des chaussettes et pas du tout désagréable à porter. En fait, on sent la reprise au moment de les enfiler et puis on l’oublie très vite.

Comme il me reste beaucoup de paires à réparer (vraiment presque toutes mes chaussettes sont trouées…) je pense que je testerais d’autres façons de réparer. Sur les chaussettes en laine par exemple, certain·e·s ajoutent des patchs en jersey et j’imagine que cela doit aussi pouvoir se faire sur des chaussettes fines en coton.

dos raccommodé des chaussettes trouées

Bref, c’est l’une de mes activités du moment ! N’hésitez pas à me dire comment vous reprisez vos chaussettes pour que je puisse tester différentes techniques et voir quelle est ma préférée. 🙂

À la semaine prochaine, en espérant vous montrer quelque chose d’un peu plus intéressant. 😉

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwitterpinterestmail


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.