Comparons une vraie chemise 1880 festonnée avec la mienne…

Comparons une vraie chemise 1880 festonnée avec la mienne…

Bonjour à toutes et à tous ! Je suis très contente de pouvoir vous montrer aujourd’hui, avec l’avancée de la broderie des festons de ma chemise 1880, une chemise d’époque, qui appartient à mon compagnon.

Il ne s’est rappelé son existence dans ses affaires que récemment, après la publication de mes deux précédents articles sur les dessous 1880 (ici et ), je suis donc contente de pouvoir compléter les informations que je vous avais donné précédemment avec pas mal de photos de détails.

Il se trouve que cette chemise d’époque est justement une chemise à l’encolure et aux manches festonnées. Des œillets sont ouverts pour laisser passer un ruban de soie, comme j’avais prévu de le faire sur la mienne (encore que pour commencer, le ruban ne sera pas de soie…). Je ne peux pas donner de datation précise de la pièce parce que je pense que la mode des chemises a évolué assez lentement au cours du temps, mais en tout cas la forme, la façon et la décoration me paraissent tout à fait cohérentes pour la période 1880.

Les deux goussets cousus en bas de la chemise ancienne indiquent que c’est une chemise dans laquelle on doit pouvoir confortablement marcher, donc vraisemblablement une chemise de jour. Vous remarquez néanmoins que contrairement à ce que j’avais avancé dans mon article précédent, elle n’est pas du tout ornée en bas, mais simplement ourlée alors qu’elle est très ornée en haut.

J’attire d’ailleurs votre attention sur la finesse de la broderie, qui est si belle qu’en comparaison je trouve la mienne particulièrement grossière.

encolure brodée de la chemise ancienne 1880

Pour broder l’encolure festonnée de ma propre chemise, j’ai utilisé deux brins de coton mouliné blanc DMC (Je viens de terminer mon échevette et j’attends de recevoir ma commande de fil pour pouvoir reprendre la broderie : il me reste à peine plus d’un feston à broder sur l’encolure ainsi que ceux des emmanchures).

détail des festons de ma propre chemise façon 1880
La chemise n’a pas été repassée avant la photo

Pour un travail plus soigné, il aurait sans doute mieux valu n’utiliser qu’un brin, mais j’avoue que je n’ai pas eu envie d’y passer des mois. De près, je ne suis pas très contente de mon travail que je trouve brouillon, pas assez serré et irrégulier, même si j’estime m’en être pas trop mal sortie avec la tension, surtout sur un tissu aussi mou.

Détail des festons de ma propre chemise façon 1880
Vous notez que mes festons ne sont pas aussi bombés que sur la chemise ancienne et je pense que c’est parce que ces derniers sont remplis au préalable au passé. Je pense que j’essaierai ainsi sur mes emmanchures, cela doit aussi aider à mieux gérer la tension…

De près cela ne fera jamais illusion par rapport à un vrai vêtement de la fin du XIXe (d’autant que le tissu n’est pas vraiment approprié), mais de loin le look général me semble cohérent et plutôt joli. Il faut savoir baisser ses standards parfois…

Voilà, c’est tout pour les nouvelles de ma chemise 1880 ! En attendant de pouvoir me remettre à la broderie, je vais sans doute commencer à démanteler mon jupon 1880 pour y faire quelques modifications. D’ici là, je reviens le weekend prochain pour vous parler du pull que je viens de monter sur mes aiguilles. À bientôt !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwitterpinterestmail


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.