Le piège des réseaux sociaux

Le piège des réseaux sociaux

Bonjour à toutes et tous et bon dimanche ! Je ne vous propose pas de couture aujourd’hui, mais un article d’humeur, pour vous partager ma réflexion autour de la visibilité de ce blog et du piège des réseaux sociaux. Rassurez-vous, d’ici dimanche prochain je devrais pouvoir vous montrer des photos de mon nouveau manteau Gérard. 😉

J’ai commencé à tenir ce blog (sur une autre plateforme) en 2011 dans le but d’y poster toutes mes créations en couture. À ce moment là je débutais et j’étais fière de ce que j’étais capable de faire. Je voulais surtout les partager pour que mes familles et ami-e-s puissent aller les voir s’ils le souhaitaient. Et puis je me suis prise au jeu du blogging, j’ai fait des tuto, j’ai essayé d’alimenter avec pas seulement ce que je cousais mais un contenu un peu plus général disons pour toucher un public plus large. Et mine de rien, presque 7 ans après je continue.

Ce blog est tout petit en terme de trafic. Il y a peu de visites et peu d’interaction. Pendant un moment j’aurais voulu que ça grossisse mais 1/ je me suis fait une raison, 2/ je trouve cette envie finalement assez vaine. Je n’ai pas envie de gagner de l’argent avec ce blog ou d’élaborer une stratégie pour « faire partie du game » des bloggeuses couture influentes. C’est le cas aujourd’hui, mais ça ne l’a pas toujours été. Pendant quelques années je me suis un peu laissée berner par le mirage des réseaux sociaux : j’ai développé une page facebook, j’ai lié mon compte instagram et mon compte twitter à mon blog, dans l’espoir sans doute d’amener du trafic et de développer une communauté. Aujourd’hui cette envie m’a vraiment passé. Je ne poste plus beaucoup sur facebook car les pages qui ne paient pas la plateforme pour leur visibilité ne touchent pratiquement plus leurs abonnés, je ne publie quasi pas sur twitter parce que je ne vais jamais sur ce réseau social, et je publie sur instagram les trucs qui me font plaisir et qui intéressent les dix copains et copines qui me suivent.

J’ai tout simplement décidé d’arrêter de me laisser influencer par cette mode des discours entrepreneuriaux, qui parlent de stratégie et de développement. En fait ça me fatigue. Je n’ai pas envie de dépenser de l’énergie pour des résultats minimes voire inexistants. J’ai envie d’utiliser Internet à ma guise, même si c’est moche et même si ça n’intéresse personne.

De la page Facebook à la Newsletter

Le peu de visibilité de mes derniers posts Facebook m’incite à un peu laisser tomber cette plateforme. À l’origine j’ai créé cette page pour arrêter de spammer mes contacts que la couture n’intéressait pas et pour y publier les derniers articles du blog et quelques nouvelles des en-cours. Il y a beaucoup de gens sur facebook qui ont envie de me suivre mais qui ne voient même pas ces publications à cause de l’algorithme, du coup je vais me concentrer sur ma newsletter pour partager ces choses : les derniers articles publiés et quelques nouvelles annexes, quelques rares bons plans, bref ce que je me dis qu’il est intéressant de partager aux gens qui ont envie de me suivre.

Avec cet article je vais donc inaugurer une nouvelle Newsletter via MailChimp qui devrait être plus performante que celle que j’utilise en ce moment, qui est filtrée par gmail (c’est pratique quand on songe que j’ai 4 adresses gmail…). Si vous étiez abonné-e-s vous allez donc constater quelques changements. Si vous ne l’étiez pas et que vous avez envie de me suivre, vous pouvez vous inscrire dans la colonne de droite. Je vous rassure il n’y aura certainement pas plus d’une newsletter par semaine. La fréquence d’envoi suivra la fréquence de publications sur le blog.

manteau Gérard en cours sur les réseaux sociaux
Je ne vous mens pas, Gérard avance bien…

La mort des blogs ?

Je vois beaucoup de blogueuses s’interroger sur la mort des blogs. Certaines consacrent leur énergie à Instagram notamment. Moi je fais le choix inverse parce qu’il n’y a rien de plus nul qu’un réseau social pour l’archivage et j’ai envie que les articles que je publie ici aient une durée de vie supérieure à une minute. Quand je cherche des informations, je vais sur les blogs et il m’arrive souvent d’y revenir plusieurs fois parce que je sais que l’information est là, bien rangée. C’est quasi impossible de faire la même chose sur un réseau social et même Pinterest qui était extrêmement pratique à l’origine a perdu de ce qui faisait sa force à mon avis.

Bref, les blogs sont peut-être morts pour les 70 % de personnes qui préfèrent l’instantanéité des réseaux sociaux, mais ce n’est pas grave, je préfère me consacrer aux 30 % restants et dont je fais partie.

N’hésitez donc pas à vous inscrire à la newsletter du blog si vous voulez être informé-e-s de toutes les publications et aussi avoir quelques nouvelles sur ce que je couds en ce moment et recevoir les informations sur d’éventuelles bons plans / nouvelles que je verrai passer et qu’il me semblera intéressant de vous partager.

Je continue pour l’instant d’être présente sur facebook et instagram, mais je n’ai plus envie d’y consacrer beaucoup d’énergie. Je vous dis donc à bientôt pour un article sur mon manteau Gérard. 🙂

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail


11 thoughts on “Le piège des réseaux sociaux”

  • Bonjour,
    je pense également la même chose, et même si je ne laisse jamais de message, je vous lis.
    Merci de continuer à prendre le temps d’écrire des articles.

  • Merci ! Tout comme Kallig, je lis, je ne communique pas… ou très rarement. J’ai laissé tombé Facebook il y a 4 ans (pour d’autre raisons), Twitter 3 ans. Reste encore IG pour le moment. C’est différent, même rien à voir, mais je préfère passer du temps sur Ravelry, Pinterest ou Pearltrees… Contrairement à la tendance, je déteste regarder des vidéos de blabla. Sauf si c’est moins du blabla que des sujets qui permettent d’apprendre quelque chose (et pas d’apprendre où acheter ceci cela. Des techniques. De l’historique. Du fond.). J’ai commencé un blog il y a maintenant presque 20 ans (argh… ceci explique sans doute cela), j’en ai changé deux fois, en changeant de plateforme. Le dernier est fermé depuis environ un an, car je ne l’alimentais plus. Je n’ai pas aimé l’évolution marketing à laquelle beaucoup ont adhéré(es). Des blogs trop « léchés » pour moi et/ou axés rentabilité. Heureusement, il y en a toujours parmi les tricoteuses/brodeuses ou autres que je suis avec plaisir. Et en couture, avec très peu d’autres, bah… vous 🙂
    Désolée, je regarde ce pavé autocentré, hésite à le publier… (du blabla perso :p ). Bon, allez, hop !
    Et encore merci 😉

  • Bonjour Lucie,
    Je ne suis pas très active sur les réseaux sociaux. Mais j’apprécie de lire tes articles. Déjà on voit une évolution avec le temps, et on peut revenir sur d’anciens ouvrages facilement.

    Sinon question: pour ton manteau as-tu utilisé des techniques tailleurs (entoilage non thermocollant, épaulettes, cigarettes, etc)?
    J’aime beaucoup la couleur.

    Bonne journée,

    • Coucou Mapie, merci pour ton message. Non je n’ai pas utilisé de technique tailleur pour le manteau à part peut-être le montage du col et le glaçage du col et des enformes, mais comme je ne connais pas les techniques tailleur je ne suis pas sûre que ça en fasse partie. J’ai suivi les explications du livret (République du Chiffon) à la lettre et déjà ça m’a fait apprendre plein de choses. À terme je pousserai peut-être un peu plus ces techniques pour éviter d’utiliser du thermocollant parce que j’ai vraiment horreur de ça…
      Bises

  • Merci pour ce post, il dit en clair ce que je pensais tout flou.
    C’est vrai que ces publications sur le web faites pour être éphémères ne sont pas le meilleur support pour publier du savoir solide que l’on peut trouver ce ton blog, par exemple.

Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :