Suite (et presque fin) de mon corset 1880

Suite (et presque fin) de mon corset 1880

Cette semaine étant beaucoup moins chargée que les précédentes, j’ai pu pas mal coudre hier (et je compte bien continuer aujourd’hui). J’ai donc pu terminer les bretelles de mon corset 1880, ce qui fait qu’il est presque terminé (il ne me reste plus qu’à faire le rembourrage des fesses et des hanches).

corset à bretelles piqué 1880 Mode d'Hier et d'Aujourd'huiLes bretelles sont réalisées dans deux morceaux du même tissu blanc (ou en tout cas qui lui ressemble beaucoup) qui prennent en sandwich de la bourre (de polyester je pense). Contrairement au corset, les bretelles ne sont pas piquées (parce que j’avais la flemme), elles sont terminées par du biais découpé dans le même tissu.

corset à bretelles 1880 Mode d'Hier et d'Aujourd'hui corset 1880 piqué et bretellesL’idée était de faire des bretelles amovibles si jamais je dois les enlever pour porter avec un corsage plus décolleté par exemple. J’ai donc cousu 4 boutons (en plastique à effets corne – je crois) sur le corset et cousu des boutonnières à chaque extrémité de mes bretelles. Je ne suis pas satisfaite de la qualité du point de boutonnière de ma machine à coudre (et avec plusieurs épaisseurs c’est souvent galère) du coup j’ai brodé les boutonnières à la main. C’est la première fois que je le faisais et j’ai eu beaucoup de mal à faire quelque chose de régulier, mais je pense que ça remplira son office d’empêcher le tissu de s’effilocher. Pour le fun j’ai vaguement brodé des petits motifs de “flossing” (quel est l’équivalent français de ce mot ?) sur l’avant des bretelles, mais bon, c’est un peu gadget et pas très réussi.

dos corset 1880 piqué Mode d'Hier et d'Aujourd'hui
De dos on voit bien l’espace à rembourrer

Je précise aussi que ça fait plusieurs fois que vous voyez des photos de ce corset avec ce laçage moisi : ce n’est pas définitif, c’est juste que je n’ai toujours pas acheté de lacet correct. En revanche je pense que je vais garder le concept de laçage en deux parties pour laisser la taille libre de tout nœud et pouvoir plus facilement ajuster le serrage (en général je sers “pas mal” en haut et beaucoup moins en bas – j’ai beaucoup de mal avec les vêtements qui me compriment et sur le ventre c’est encore pire).

Voilà, maintenant on attaque avec le tablier 1880 (et peut-être une jupe en soie)…

Cet article vous a plu ? Partagez-le !
Facebooktwittergoogle_pluspinterestmail


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


%d blogueurs aiment cette page :